Écrire une série

Dans les librairies, on remarque qu’il y a de plus en plus de livres en plusieurs parties. Certains genres littéraires comme la fantasy ou la science fission s’y prête plus que d’autres. Ceci s’explique facilement, car ces histoires se déroulent souvent dans des mondes différents du notre et décrire un nouvel univers, de nouvelles cultures, eh bien ça prend un peu de temps. Même si c’est faisable de développer son histoire et son monde dans un seul livre il est plus confortable d’étaler l’intrigue sur plusieurs tomes.

Écrire une saga ou une épopée présente alors de nombreux avantages. On dispose de plus de temps pour s’attarder sur des détails de notre monde, pour développer les personnages et les intrigues secondaires. On peut ainsi se permettre de multiplier les arcs narratifs et les personnages, d’imaginer une histoire complexe sans avoir peur d’écrire un gros pavé, car on peut diviser notre histoire en plusieurs petits volumes qui seront moins effrayants pour un futur lecteur.

On hésite moins à se lancer dans la lecture d’un livre de 300 pages, qu’un d’un livre de 1000 pages.

Il faut malgré tout savoir qu’écrire une longue histoire est contraignant pour l’écrivain, tout d’abord parce que ça prend du temps. Avant de se lancer dans ce genre d’aventure il faut bien avoir en tête que vous allez passer plusieurs années de votre vie sur cette histoire et que cela peut être à la longue décourageant. À titre d’exemple, mon projet actuel devrait faire 3 tomes d’environs 300 pages chacun, ce qui n’est pas bien long. Cela fait maintenant trois ans que je suis dessus et je pense que j’en suis à peine à la moitié. Alors bien sûr, je suis loin d’être à 100 % là-dessus, j’ai une famille, un boulot et beaucoup d’autres activités. Mais cela prend quand même beaucoup de temps et d’énergie.

Voici quelques conseils pour ne pas se laisser décourager :

1- Se fixer des objectifs et s’y tenir. : Bien sûr il ne faut pas se donner quelque chose d’irréaliste. Mais par exemple, on peut se laisser trois mois pour faire un premier jet du premier volume, puis se laisser trois autres mois pour la phase de relecture, reformulation… Cela permet de montrer qu’on avance ce qui est motivant.

2 – Faire lire son histoire à notre entourage ou à des amis : c’est encore plus important si on n’est pas encore publié. Cela permet d’avoir de nombreux conseils sur notre façon de rédiger et/ou sur l’intrigue. Cela permet de discuter de nombreux détails de notre histoire avec nos amis. Et enfin, on sait qu’il y a des personnes qui lisent notre histoire et qui attendent la suite. On est donc motivé pour l’écrire plus rapidement.

3 – Faire des pauses : si on en a marre, ou qu’on est bloqué. On peut mettre ce projet en pause pour se consacrer à autre chose. Soit une autre histoire soit tout simplement une autre activité. On pourra ainsi reprendre plus tard notre intrigue avec de nouvelles idées et plus de motivation.

4 – Croire en ses capacités : c’est certainement le conseil le plus important. On ne peut pas se lancer dans un projet et le mener à bien si on n’y croit pas et qu’on est certain qu’on va aller à l’échec. Non ! Il faut être sûr qu’on va réussir et qu’on va surmonter les difficultés qui vont se dresser sur notre chemin.

Voilà, c’était quelques petits conseils pour garder la motivation quand on est sur un long projet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s